Finance et comptabilité : quels sont les profils rares ? comment les recruter ?

Depuis plusieurs années, certains profils sont spécialement difficiles à trouver sur le marché de l’emploi. C’est le cas des professions du numérique mais aussi des métiers comptables et financiers.
Alors, quels sont précisément les profils rares dans le domaine de la finance et de la comptabilité ? S’agit-il d’une situation conjoncturelle ou structurelle ? Et quelles sont les mesures à mettre en place pour parvenir à recruter ces ressources malgré la pénurie ?

FinancePeople vous apporte des réponses dans cet article.

Quels sont les profils rares dans le domaine finance et comptabilité ?

La pénurie de comptables n’est pas une nouveauté. Les postes de comptable général et de responsable comptable sont particulièrement en souffrance.
Cela s’explique par le fait que la fonction comptable est vitale pour toute entreprise, car :

  • non seulement, elle prend en charge les opérations comptables au quotidien ;
  • elle assiste également les dirigeants d’entreprises dans leurs prises de décisions.

Même si plus récents, les manques de gestionnaires des risques et de professionnels de l’audit interne paraissent eux aussi structurels. En effet, ces métiers ont pris de l’importance en lien avec la multiplication des exigences en matière de prévision, précaution et gouvernance.
La demande en contrôleurs de gestion semble quant à elle beaucoup plus dépendante de la conjoncture. Les pénuries apparaissent donc après chaque crise économique, en période de reprise et de croissance économique.
Enfin, lorsque le besoin va au-delà des compétences comptables et financières, cela revient vraiment à rechercher une perle rare.
Ces exigences supplémentaires qui rendent le recrutement difficile concernent évidemment l’expérience et l’expertise, mais aussi la transversalité et la polyvalence : aisance avec les nouvelles technologies, aptitudes en langues, en communication, en encadrement, etc.

Comment s’adapter à la pénurie de profils comptables et financiers ?

Visiblement, la rareté des profils à compétence comptable ou financière n’explique pas à elle seule la pénurie sur le marché de l’emploi. Ou du moins, elle n’est pas une fatalité. Il faut notamment se poser des questions sur l’attractivité de ces professions, ainsi que sur le turnover.
Partant de ce constat, il est possible de définir des stratégies pour faire face à la situation.
L’Ordre des Experts-comptables, par exemple, a mis en place un « comité attractivité ». Il s’efforce d’attirer les jeunes en agissant sur plusieurs axes : l’information, la communication, l’orientation et la réorientation, l’alternance et les contrats d’apprentissage, etc.
Concrètement, pour recruter sur ces métiers, il faut communiquer de manière créative et originale.
Évidemment, cela sous-entend une présence active sur internet, et en particulier sur les réseaux sociaux. Les sites des cabinets de recrutement spécialisés dans les profils comptables et financiers constituent ici un canal performant, à privilégier.
Surtout, il faut prendre en compte la dimension générationnelle. Le salaire n’est plus qu’un critère parmi beaucoup d’autres pour attirer des candidats.
Leurs attentes sont désormais très diverses : quête de sens, qualité de vie, temps de transport, conditions de travail et de télétravail, flexibilité, relations avec le management et les collaborateurs, avantages en nature, etc.

Devant la rareté de profils en finance et comptabilité, les pratiques managériales doivent s’adapter, devenir plus dynamiques et participatives.

Aussi, il faut accepter d’ouvrir plus largement les portes à des débutants. Et finalement, ces profils peu expérimentés devront bénéficier d’une attention particulière pour favoriser leur montée en compétences, que ce soit en entreprise ou en cabinet.

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page