Crowdfunding immobilier, solution pour faire croître son portefeuille en 2023 ?

Dans le contexte tumultueux et incertain que nous connaissons, il est bon de reconsidérer la pertinence des différentes solutions de placement.

FinancePeople examine dans cet article une offre qui tend à se développer : le crowdfunding immobilier.

Alors, de quoi s’agit-il ? Le crowdfunding immobilier permet-il vraiment de faire fructifier son patrimoine ? Que faut-il savoir à ce sujet ?

Le crowdfunding immobilier, un marché en progression

Inflation, taux d’intérêt en hausse, risques de récession, nervosité des marchés boursier et immobilier, durcissement des conditions d’octroi de prêts… Le contexte économique et financier reste rempli d’incertitudes.

Cette situation explique probablement en partie l’engouement pour de nouvelles formes d’investissement et de financement. Le crowdfunding immobilier en est un bon exemple.

Le crowdfunding immobilier est apparu il y a une dizaine d’années. Il consiste à financer des projets immobiliers par de nombreux petits investisseurs. Le financement prend presque toujours la forme d’obligations ou autres prêts.

Selon le « baromètre du crowdfunding en France 2022 », publié pars Mazars et l’association Financement Participatif France, la collecte de crowdfunding immobilier ne cesse de battre des records. Après avoir dépassé pour la première fois le milliard d’euros en 2021, elle a progressé de 40,2 % en 2002 pour atteindre 1 607 M€.

Le crowdfunding immobilier est d’ailleurs la « locomotive du financement participatif » :

  • Il croît plus rapidement que l’ensemble du marché du crowdfunding ;
  • Il représente déjà environ deux tiers de la collecte globale.

La dynamique du crowdfunding immobilier explique en grande partie celle des plateformes de financement participatif. Outre le lancement de nouveaux produits, on y observe de plus en plus de nouveaux partenariats, levées de fonds, croissance externe par acquisitions, etc.

Par ailleurs, les conseillers en gestion de patrimoine s’y intéressent de plus en plus, intervenants alors en intermédiation avec les plateformes.

Les avantages du crowdfunding immobilier, et quelques points d’attention

Du point de vue de l’épargnant investisseur, le crowdfunding immobilier possède de nombreux avantages.

D’abord, il est très accessible. À l’opposé d’un investissement direct sur le marché de l’immobilier, tout se fait en ligne. C’est donc facile et rapide.

Aussi, il suffit généralement de quelques centaines d’euros pour investir.

Les projets de crowdfunding immobilier offrent une belle rentabilité, souvent autour de 10 % brut. C’est d’autant plus appréciable que les placements s’effectuent sur des durées relativement courtes, de l’ordre de 6 à 36 mois.

Les frais sont faibles. La fiscalité est limitée à 30 % au maximum, sous forme de prélèvement forfaitaire unique. Pour les particuliers faiblement imposés, l’intégration aux revenus permet même de réduire ce taux de prélèvement.

Le rendement net s’établit donc communément aux alentours de 7 %.

Qui dit rentabilité dit risque. Et le risque n’est certes pas négligeable. Il se traduit plus en retards de remboursement qu’en véritables défauts.

Toutefois, il est assez facile de réduire ce risque, en :

  • Étudiant la qualité de la plateforme, de l’opérateur immobilier, du projet et des garanties apportées en complément ;
  • Diversifiant l’investissement entre plusieurs plateformes et projets ;
  • Limitant l’investissement en crowdfunding immobilier à hauteur de 5 % de son patrimoine, maximum 10 % pour les hauts patrimoines.

Finalement, le seul véritable inconvénient du crowdfunding immobilier est lié au fait qu’il n’est pas possible de récupérer son capital avant l’échéance.

C’est une raison de plus pour limiter sa part d’investissement en crowdfunding immobilier et pour diversifier (sur des projets d’échéances différentes). Il ne faut pas oublier non plus que les retards ne sont pas exceptionnels dans les projets immobiliers.

Il est donc raisonnable de prévoir une marge par rapport à l’échéance prévue initialement.

 

Comment investir dans la Fintech ?

Une question posée par TudiGo

 

Autre article FinancePeople :

Partagez cet article de FinancePeople sur vos réseaux préférés :

Facebook
X
LinkedIn
WhatsApp
Telegram
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut